Règles irrégulières – Troubles menstruels

Votre cycle menstruel se produit à la suite d’une interaction hormonale complexe entre votre cerveau, vos ovaires, vos glandes surrénales, hypophysaires et thyroïdiennes. Si quelque chose interfère avec cet équilibre hormonal délicat, vous pourriez avoir des règles irrégulières ou absentes.

Si vous avez des règles irrégulières ou que vos règles ont cessé (aménorrhée), vous devriez consulter votre gynécologue ou votre médecin pour une investigation plus approfondie.

Il existe de nombreuses causes possibles d’aménorrhée secondaire et de règles irrégulières, notamment:

  • Stress
    Le stress peut altérer temporairement le fonctionnement de votre hypothalamus (une zone de votre cerveau qui contrôle les hormones qui régulent votre cycle menstruel). L’ovulation et la menstruation peuvent cesser ou devenir irrégulières. Les menstruations régulières reprennent généralement après la diminution de votre stress.
  • Des médicaments
    Certains médicaments peuvent provoquer l’arrêt des règles. Par exemple, les antidépresseurs, les antipsychotiques, certains médicaments de chimiothérapie et les corticostéroïdes oraux peuvent tous causer une aménorrhée.
  • Maladie
    Une maladie peut retarder les menstruations en retardant l’ovulation. La menstruation reprend généralement une fois que vous récupérez.
  • Déséquilibre hormonal
    Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une cause fréquente d’aménorrhée ou de menstruations irrégulières. Cette condition provoque des niveaux relativement élevés et soutenus d’œstrogènes et d’androgènes, (une hormone masculine) plutôt que les niveaux fluctuants observés dans le cycle menstruel normal. Cela entraîne une diminution des hormones hypophysaires qui entraînent l’ovulation et la menstruation. Le SOPK est associé à l’obésité, à l’aménorrhée ou à des saignements utérins anormaux – souvent abondants -, à la stérilité, à l’acné et parfois à un excès de pilosité.
  • Faible poids corporel
    Un poids corporel excessivement bas interrompt de nombreuses fonctions hormonales dans votre corps, ce qui pourrait interrompre l’ovulation. Les femmes qui ont un trouble de l’alimentation, tel que l’anorexie ou la boulimie, arrêtent souvent d’avoir leurs règles à cause de ces changements hormonaux anormaux.
  • Exercice excessif
    Les femmes qui participent à des sports exigeant un entraînement rigoureux, comme le ballet, la course de fond ou la gymnastique, peuvent voir leur cycle menstruel interrompu. Plusieurs facteurs se combinent pour contribuer à cette perte de règles chez les athlètes, notamment une faible masse grasse, le stress et une dépense énergétique élevée.
  • Dysfonctionnement de la thyroïde.
    Une glande thyroïde insuffisante (hypothyroïdie) provoque souvent des irrégularités menstruelles, y compris une aménorrhée. Les troubles thyroïdiens peuvent également entraîner une augmentation ou une diminution de la production de prolactine – une hormone de la reproduction générée par l’hypophyse. Une altération du taux de prolactine peut affecter votre hypothalamus et perturber votre cycle menstruel.
  • Ménopause prématurée.
    La ménopause survient généralement entre 45 et 55 ans. Si vous présentez une ménopause avant 40 ans, cela est considéré comme prématuré. L’absence de fonction ovarienne associée à la ménopause diminue la quantité d’œstrogènes en circulation dans votre corps, ce qui affine votre muqueuse utérine (endomètre) et met fin à vos règles. La ménopause prématurée peut résulter de facteurs génétiques ou d’une maladie auto-immune, mais souvent aucune cause ne peut être trouvée.
  • Grossesse.
    Chez les femmes en âge de procréer, la grossesse est la cause la plus courante d’aménorrhée.
  • Contraceptifs
    Certaines femmes qui prennent des pilules contraceptives peuvent ne pas avoir leurs règles. Lorsque les contraceptifs oraux sont arrêtés, il peut falloir 3 à 9 mois pour que l’ovulation et les menstruations soient reprises régulièrement. Les contraceptifs injectés ou implantés peuvent également causer une aménorrhée, tout comme les dispositifs intra-utérins contenant de la progestérone.
  • Allaitement maternel.
    Les mères qui allaitent ont souvent une aménorrhée. Il faut savoir qu’une ovulation peut se produire avant le retour des règles (retour de couches). Une grossesse peut donc en résulter malgré l’absence de menstruation.
Traitement

La médecine chinoise est extrêmement efficace pour traiter les affections sous-jacentes qui perturbent le cycle menstruel.

Selon la médecine chinoise, un cycle menstruel «sain» est :

  • d’environ 29 jours (nous suivons la lune)
  • régulier (+/- deux jours par mois)
  • de 5 jours
  • a un couleur rouge sang frais
  • n’a pas de caillots
  • d’une abondance moyenne (changement de serviette hygiènique toutes les 4 heures env.)

Dès lors, des questions précises quant aux points ci-dessus vous seront posées. Une fois qu’une évaluation approfondie de votre état de santé est établi, un traitement personnalisé en fonction du diagnostic vous sera proposé. Ce dernier comprendra de l’acupuncture, de la phytothérapie et de la diététique. Selon la situation, un suivi avec notre diététicienne vous sera proposé.